Atelier-Ensemble.fr
Accueil du site > Atelier Ecrire Ensemble > Avec l’Oulipo, le plaisir d’écrire...

Avec l’Oulipo, le plaisir d’écrire...

dimanche 28 février 2021, par Philippe Clauzard

- Avec l’oulipo, on prend plaisir à écrire ✍ ensemble, en surmontant des contraintes. C’est à la fois du bonheur d’écrire et du bonheur de jouer avec les mots. Avec des exercices où les solutions sont multiples, sachant que l’on gagne le plus souvent.

- À la grande différence des pratiques de rédaction classique où les fautes sont souvent pénalisées et même surévaluée. L’imagination est ici stimulée par des règles originales, des contraintes. Il y a un challenge à relever. Il ne s’agit pas d’une consigne avec un "tu dois écrire" qui est inhibant mais de jeux où se pose le "es-tu capable de gagner" en proposant une situation énigmatique, une situation de défi pour écrire. On ne gagne pas contre quelqu’un, mais on réussit tout simplement la plupart du temps à plusieurs.

- Ainsi l’écrit devient bonheur d’écrire et de donner des formes avec des solutions propres, de les présenter de façon personnelle et même de les reprendre pour les améliorer sans cesse. Il est à parier qu’au sortir de l’atelier, le désir d’écrire se prolonge jusqu’au prochain rendez-vous dans tous les interstices que la vie quotidienne nous laisse.

- La contrainte imposée par l’Oulipo oblige à progresser, développe une capacité nouvelle donc obligatoirement un succès qui concerne l’acte d’écriture, un succès méthodologique et imaginaire. Cet atelier invite aussi à travailler en petits groupes où il sera possible de tâtonner, d’écrire à plusieurs, de réfléchir ensemble. Ensuite cela suppose une mise en commun, des échanges, des propositions, des critiques constructives, des retouches... tout cela est d’ailleurs le propre de la création textuelle où celui qui écrit doit peser ses mots, penser aux tournures à utiliser, et surtout se représenter un lecteur potentiel car celui qui écrit doit savoir se critiquer, se relire, pour réécrire, pour revenir en arrière de manière à ce qu’il y ait adéquation entre le projet et sa réalisation.

- Quel que soit le texte produit, il est toujours en quelque sorte tissé car le mot texte vient du latin "textus", ce qui signifie ce qui est tissé. On ne pond pas un texte comme une poule, on le rédige, on l’oublie, on le reprend, on le critique. Parfois il est possible voire nécessaire de suivre un fil directeur au moyen d’une carte mentale ou carte heuristique qui sera nécessairement toujours évolutive mais permettra de suivre le projet toujours et encore même lorsqu’on s’étourdit de la musique des mots.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0